2 cratères de bombe nucléaire


Ajouté le 24 Janvier 2008 à 04h07.

Catégorie : Militaires | Vu 9996 fois.


2 cratères de bombe nucléaire
La zone militaire 2 cratères de bombe nucléaire.

Coordonné GPS de 2 cratères de bombe nucléaire : 11°33'11.30" N 162°20'51.33" E
Fichier .kmz (à ouvrir avec Google Earth) : 2-crateres-de-bombe-nucleaire
Pays, ville : Océan Pacifique

D'autres repères de la catégorie Militaires :

SR-71 blackbird3 porte avions USCIAEpave de l'USS Arizona
En savoir plus, recherchez 2 cratères de bombe nucléaire sur : Google et Google Image

Résumé : L'arme nucléaire est une arme de destruction massive qui utilise l'énergie de l'atome, produite soit par la fission de noyaux atomiques lourds (uranium, plutonium dans le cas des bombes A), soit par la fusion de noyaux atomiques légers (hydrogène dans le cas des bombes H).

Ses effets destructeurs, qui sont sans commune mesure avec ceux des « armes conventionnelles », sont non seulement dus au souffle et à l'augmentation de la température, comme pour les explosifs classiques, mais aussi aux rayonnements. L'énergie libérée par l'explosion s'exprime par équivalence avec celle dégagée par une tonne de TNT.

L'arme nucléaire a été utilisée opérationnellement deux fois durant la Seconde Guerre mondiale, par les États-Unis contre le Japon par les bombardements des villes d'Hiroshima et de Nagasaki, entraînant plusieurs centaines de milliers de morts.

En raison de sa puissance, l'arme nucléaire n'est généralement pas considérée comme une arme conventionnelle, mais comme une arme de dissuasion (politique de dissuasion nucléaire), visant à empêcher toute attaque majeure, qui serait sanctionnée par l'utilisation de cette arme. Inversement, l'impact psychologique potentiel d'une arme nucléaire en fait une cible de choix pour des mouvements ou états terroristes. Depuis que plusieurs pays se sont dotés plus ou moins rapidement de l'arme nucléaire, des accords internationaux visent à réduire l'arsenal nucléaire et à limiter la prolifération nucléaire.

Les bombes à fission furent les premières à être développées et sont communément appelées « bombes atomiques ».

Elles se fondent sur le principe de la fission nucléaire et utilisent des éléments fissiles comme l'uranium 235 et le plutonium 239.

Pour obtenir une explosion nucléaire, il est nécessaire de déclencher une réaction nucléaire en chaîne. Pour cela, il faut avoir une quantité suffisante de matière fissile, c'est la masse critique. La masse critique d'une sphère de matériau pur (non modéré) en l'absence de réflecteur est d'environ 50 kilogrammes pour l'uranium 235 et de 10 kilogrammes pour le plutonium 239[11]. Une fois cette masse critique rassemblée, la réaction en chaîne est déclenchée. Dans les bombes atomiques, la quantité de matière fissile doit même être supérieure à la masse critique, de l'ordre de trois fois en général[réf. nécessaire]. On parle alors de masse sur-critique.

Pour contrôler le moment de l'explosion, la matière fissile est séparée en deux ou assemblée sous une forme de sphère creuse. Ainsi la masse critique ne peut pas être atteinte spontanément et il n'y a donc aucun risque de fission nucléaire intempestive.

Le détonateur est un explosif conventionnel qui va rassembler et comprimer la matière fissile, augmenter sa densité et déclencher la réaction en chaîne. Dans certains cas, la réaction en chaîne est également «dopée» par une source de neutrons extérieure à la matière fissile.

Alors, les noyaux de la matière fissile se scindent (fissionnent) et libèrent des neutrons. Ces derniers percutent d'autres noyaux de matière fissile, qui à leur tour libèrent des neutrons et ainsi de suite. La réaction en chaîne est déclenchée et la matière produit une énergie colossale par rapport à ce que produiraient des réactions chimiques dans une même quantité de matière.

L'important dégagement d'énergie s'explique par le fait que les fragments de fission sont chargés électriquement et se repoussent violemment. Ils communiquent rapidement, par freinage, leur énergie à la matière environnante. Ils ont en quantité mesurable un défaut de masse, c'est-à-dire une masse totale inférieure à celle de l'élément fissile qui les a produits. Ce défaut de masse m correspond à l'énergie libérée E, selon la célèbre formule d'Einstein E=mc², où c est la vitesse de la lumière.

Les bombes à fusion, communément nommées « bombes à hydrogène » ou « bombes H », se fondent sur le principe de la fusion nucléaire.

Alors que la bombe A utilise le principe de la fission, qui est la séparation des atomes, la bombe H utilise la fusion, qui consiste, comme son nom l'indique, à fusionner des isotopes dits fusibles. Les bombes H utilisent généralement des isotopes fusibles comme le deutérium et le tritium qui sont des isotopes de l'hydrogène. Le deuterium s'extrait de l'eau de mer, sous forme D2O plus communément appelé eau lourde. Le tritium est fabriqué à partir du lithium.

Pour réaliser une fusion thermonucléaire, il faut chauffer les éléments fusibles de manière à les porter à très hautes températures. La température suffisante à l'amorçage de la réaction ne peut être produite que par l'utilisation d'une bombe A, qui sert donc de détonateur.

Les bombes H classiques sont divisées en deux étages :

* le premier étage est constitué d'une bombe A (sphère creuse de plutonium)
* le deuxième étage est constitué des combustibles de fusion

Les combustibles de fusion soumis à des température et pression suffisantes peuvent alors entrer en réaction de fusion.

La plus puissante explosion nucléaire de l'histoire fut le résultat du test de la Tsar Bomba soviétique de 57 Mt.... Lire la suite (wikipedia)




Remonter en haut de la page




Contact - Plan du site
Site optimisé pour Mozilla Firefox v1.5 ou supérieur, résolution 1024x768.
Les marques citées et les logos appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Les images proviennent du logiciel Google Earth - Les textes proviennent du site Wikipedia.
Copyright © 2006 - Google Earth Fan (google.earth.fan.free.fr) - Tous droits réservés.


Add to netvibes Ajouter à Mon Yahoo! Add to Google